Street Tango

StreetTango_01.jpgStreetTango_02.jpgStreetTango_03.jpgStreetTango_04.jpgStreetTango_05.jpgStreetTango_06.jpg

She: French

He: Argentina

Their profession: Dancers “under” millions of stars

I don’t know where they come from but I often see them dancing in the Latin Quarter, all year round. On that day, I came to the place St Michel after taking photos in the Rose Garden of Val de Marne. Just when they started to dance. A speaker on the ground was playing a classical Tango music. Two dancers were standing, one against another, surrounded by some curious passers by. The light was so soft and transparent in that late summer afternoon. I could hear the Seine not far away. The dancers seemed to wait for an exact perfect moment and they suddenly began. They danced passionately as if there were nobody else around. In each step of Tango, I saw a fragment of life, an actual story with plenty of adventurous passion. I forgot the time; I saw only series of images, one after another, full of emotion. During five minute pause, always keeping silence, the man walked around the crowd, extending his hand timidly with an old hat. His grimaced smile fell into empty space. I asked him a brief question about his native, he answered sincerely and then they restarted dancing. (There was already another hip-hop group waiting for its turn). The public glanced at them; perhaps someone appreciated them or just passed by without any attention.

Est-ce ainsi que les hommes vivent ?”

 

Version française

Elle: française

Lui: argentin

Leur métier : danseurs “sous” des milliers d’étoiles

Je ne sais même pas d’où ils viennent mais je les vois danser souvent dans le quartier Latin toute l’année. Ce jour là, je viens d’arriver à la place St Michel après une séance photos dans la roseraie du Val de Marne, juste au moment ils se préparent à danser. La musique émise par un haut parleur mobile posé par terre est un Tango classique. Ils sont debout, l’un contre l’autre, entourés par quelques passants curieux. La lumière d’été en fin d’après-midi est transparente et douce. La Seine n’est pas loin : on peut entendre murmurer ses flots puissants. Les danseurs semblent attendre un moment précis, puis soudain commencent leurs mouvements. Ils dansent passionnément comme si personne n’était autour d’eux. Dans chaque pas de Tango, je vois un fragment de la vie, une histoire qui se raconte, une passion remplie d’aventures. J’ai oublié le temps, il ne me reste que les images qui se suivent les unes après les autres, noyées d’émotions. Pendant cinq minutes de repos, restant toujours silencieux, le garçon fait un tour avec son vieux chapeau, et son sourire crispé tombe dans un air vide. Je tente une question brève pour savoir son d’origine, il me réponse sincèrement et ils se remettent à danser. (Il y a déjà un groupe de hiphop qui attend son tour) Le public les regardent, les apprécie peut-être ou passe devant simplement sans faire attention.

Est-ce ainsi que les hommes vivent ?”

Texte & Photographies © Vietdung.eu